Publié par Laisser un commentaire

Percevoir

Pyramides-étoile de David-dodécahèdres-Solides de Platon-pur quartz d'Himalaya

De plus en plus je me rends compte que ce mot a une étrange résonance.

Percevoir = Perce voir = Percer et Voir = Voir au travers

Et comment le conjugue-t-on ? JE PERÇOIS
C’est à dire qu’on reste bloqué sur ce qui pourrait être la conjugaison de “percer” du XVIe siècle : JE PERÇOIS = JE PERÇAIS
On perce mais on ne voit plus. Le “VOIR” a disparu !

Pour un médium, un voyant, ou toute personne qui a des sens développés à voir ce qui est invisible à la majorité, le verbe percevoir est pourtant bien meilleur que le simple voir.
Quand on dit à quelqu’un “je vois”, cette personne a tendance à imaginer que le médium voit vraiment avec ses yeux. Si c’est parfois vrai, en vérité c’est rarement le cas. En vérité ce type de vision peut se faire les yeux fermés. C’est comme si on “voyait” mais sans “voir”.
On sait que c’est là, c’est tangible et presque palpable, ça peut avoir des couleurs, des contours… mais ce n’est pas par les yeux. Il me semblerait judicieux de dire qu’on distingue comme à travers un voile: on “percevoit”. Et il est beau ce mot conjugué ainsi !

Se pose alors le pourquoi de cette étrange et irrégulière conjugaison non nécessaire ?
A une époque où l’on a chassé des sorcières et brûlé des hérétiques, aurait on tenté par ce fait de cacher la perception des autres dimensions ?
Dans un monde au matérialisme dominant aurait on voulu cacher des connaissances et les étiqueter “occulte” ( = caché), “ésotérique” (réservé à un petit nombre), pour les protéger des regards non éduqués ?
Pourquoi se priver d’un tel mot si utile que sans lui on perd un temps précieux à croire que les “voyants” voient alors qu’ils percevoient ? C’est un tout autre type de vision, et ça les rend bien moins extraordinaires pour celui qui ne peut voir ce que l’autre percevoit.
Deux types de visions, des organes différents, des dimensions différentes.
C’est tellement simple quand on nomme correctement les choses. Et les nommer, c’est les rendre réelles.
C’est pour ça qu’on crée des concepts, et des mots: pour qu’ils produisent une pensée, puis des actes alignés sur cette pensée.

Prenez “les gestes barrière” par exemple. Ça vous dit qu’il faut séparer pour se protéger d’un invisible danger, puisque l’Autre est le danger. Puis de “barrière contre un virus”, cela devient une “barrière contre l’éventuel porteur de virus”, puis tout simplement l’Autre, et ça finit par des gens qui se tapent les coudes, se parlent de loin et fuient les embrassades, au cas où…
Regardez déjà par cela l’influence d’un mot et de l’esprit qui l’accompagne en seulement un an ! C’est colossal !
Alors imaginez comment, en quelques siècles, on a pu oublier qu’un jour on a peut être percevu et qu’on a perdu la vision au delà du voile pour ne plus voir qu’avec les yeux. Et ce sont des mondes entiers qui disparaissent à notre conscience, une humanité enfermée dans un monde trop petit, sans ciel, sans transcendance.

Quand vous percevoyez cette vérité, c’est vertigineux d’enseignements !

Nous sommes tous médiums sans le savoir.
Nos pensées sont la manifestation de la connexion avec ces mondes invisibles.
Encore faut il se rendre compte qu’on a des oreilles ! 😉

Publié par Laisser un commentaire

PREMIERS PAS DANS L’INVISIBLE

Helene El Bacha

Selon ce que je percevois, pénétrer dans les mondes invisibles c’est comme rentrer dans un kaléidoscope: une infinité de mondes fractals et, au delà, la lumière.

J’ai rencontré bon nombres de gens qui communiquent avec ces mondes : des gens qui voient des morts, des esprits de la nature (elfes, fées, gnomes …), des dragons, des “guides de lumière”…
Il m’a fallu des années pour bien me rendre compte que c’est tout à fait réel.
Par contre si vous cherchez Bilbo le Hobbit, Pac Man, Alien, ou même le Père Noël dans ces mondes, vous les y trouverez aussi. Car tous les produits de la pensée humaine existent dans ces mondes.
(D’ailleurs si vous contactez le Père Noël vous verrez certainement qu’il a besoin d’aide parce qu’il a attrapé un drôle de truc qu’on pourrait assimiler à un cancer et qui le gangrène: le capitalisme… Lui qui n’est qu’amour et partage, ça le bouffe !… )

Alors qu’est ce qui est réel et qu’est ce qui ne l’est pas ?

La première sphère que l’on contacte dans l’invisible est la sphère nommée “Lucifer”.
C’est le monde où l’on se rend quand on rêve ou quand on est “mort”.
C’est le monde où toutes nos pensées ont un corps: nos pensées sont des êtres, des mondes. De même, nos pensées naissent de nos affinités vibratoires avec ces mondes, comme la radio reçoit les fréquences sur lesquelles elle est réglée. Donc nous générons des mondes et des mondes s’expriment à travers nous par affinité vibratoire.
Ces mondes sont distribués de façon fractale (répétition cyclique des mêmes schémas) en étages de fréquences. Plus ça vibre haut plus on rencontre des êtres lumineux qui peuvent vous apporter des enseignements magnifiques, mais pas que !
N’oubliez pas que vous êtes encore dans le monde de “la Chute”, de la division, le “Kaléidoscope”, et que tout cela est un monde magnifique, séduisant, mais ce n’est pas la vraie lumière. Seulement son reflet.

N’oubliez jamais que la grandeur d’un être peut se mesurer à l’absence de distorsion de la lumière qui le traverse.

Nous sommes donc des miroirs, des canaux d’une énergie pure que l’on nomme Amour, Dieu, Lumière…
La grandeur du Maître est d’être capable de laisser passer la lumière sans qu’elle en soit modifiée.
Plonger dans les mondes invisibles, c’est rentrer dans un monde de reflets et de distorsions. Ne perdez jamais le Fil d’Ariane : votre âme immortelle, l’étincelle divine.
Rappelez vous que tout ce qui se présente à vous n’est pas la lumière mais un reflet, et qu’il peut être distordu.

Axel Deret

Peinture d’illustration Hélène El Bacha

Publié par Laisser un commentaire

SATANISME ET LUCIFERISME: Qu’est ce que c’est ?

J’ai décidé de répondre au climat d’oppression qui s’installe jour après jour par l’éducation. Je vais donc tenter de poser ici des notions très fines mais importantes et qui éclaireront mes précédents posts et ce qui viendra dans les prochains. Il ne s’agit pas de sombrer dans une panique apocalyptique ou de désigner des salauds; à mes yeux il n’y a ni bien, ni mal.

Je souhaite au mieux vous amener à porter votre regard dans un monde de causes, de cycles et de lois, et au-delà dans un monde de vie.

La connaissance libère.
Celui qui sait aura le choix. Celui qui ignore suivra.
Suivre, oui… mais qui ?
Il n’y a là ni faute ni jugement, juste conscience ou inconscience.

Ce que je vais vous livrer ici est ce que je comprends à l’heure d’aujourd’hui, c’est sûrement imparfait et pas complètement maîtrisé, mais j’apprends pas à pas. En plus de 30 ans de travaux avec l’invisible, j’ai été le témoin de choses que beaucoup considèrent impossibles. Je vous livre cela en toute humilité, prenant conscience que le peu que j’ai compris de ces mondes peut être un cadeau pour autrui.

Donc après ce préambule un peu long, revenons à nos moutons et à ceux qui les tondent !

Sous l’influence de l’Église Catholique, Satan et Lucifer nous paraissent des êtres personnifiés, ange et archange déchus, instigateurs du Mal, ennemis de Dieu et du croyant, êtres qu’il nous faudrait combattre. Cette vision est à mon sens une mauvaise interprétation d’un principe plus grand, plus profond, et non clivant.
La tradition essénienne m’a beaucoup éclairé à ce sujet, cependant ce que je vous livre ici est ce que j’en comprends.

Imaginez un instant que Satan, Lucifer et Dieu ne sont pas des “bonhommes”, des êtres personnifiés (quoi qu’ils puissent le devenir), mais plutôt des principes fondamentaux.
Des niveaux de conscience de ce qui Est.

La première “Porte” : Satan

SATAN est le principe le plus immédiatement perceptible. C’est la vision d’un monde qui n’est que matière. On a nommé “Satan” le fait de ne percevoir la vie que dans sa superficie immédiatement apparente : c’est le culte du corps, de la satisfaction des besoins primaires et immédiats, le monde de l’égoïsme, de la compétition, de la raison qui enferme la vie dans des principes morts.
Ainsi, pris dans ce monde, cette vision, nous ne voyons pas l’esprit qui anime les pierres, les plantes, les animaux, les hommes, et encore moins les niveaux plus subtils encore.

Dans la vision satanique, ce sont des êtres dépourvus d’âme, des êtres qu’on peut entasser dans des parcs, des usines, des maisons, des “boîtes”, des êtres interchangeables. On peut faire de l’élevage pour la viande sans se soucier du bien être animal, on peut exploiter les plantes ou les pierres comme on veut parce qu’elles sont mortes. Et l’homme n’est rien de plus qu’un animal comme les autres, et il est mis en esclavage de la même façon qu’il a écrasé les autres règnes. L’homme est un cancer, etc…

C’est un gros résumé, bien sûr, mais essayez de saisir l’Esprit derrière les mots.

Satan c’est la vision matérialiste du monde, une vision qui vous dit qu’après cette vie il n’y a rien, que n’existe que ce qui est visible, qu’on peut vivre sans Dieu qui n’est qu’une chimère. Une âme enfermée dans cette croyance sera attachée au monde de la matière, jusqu’à ce qu’elle s’en libère par la conscience d’une réalité plus fine.

Le deuxième “Gardien” : Lucifer

LUCIFER est un principe plus évolué, plus subtil. On nomme ainsi la conscience d’un monde au-delà du visible. Quand vous commencez à regarder dans le monde des causes et des conséquences, dans la psychologie, dans les religions, les idéaux, les grandes valeurs, l’écologie, la philosophie, le New-Age… vous êtes dans le monde de Lucifer.

C’est-à-dire la conscience qu’il y a des causes invisibles qui manifestent des évènements visibles. Dans ce monde vous vous battez pour faire exister une vérité, une pensée, c’est le monde des partis, des idées, des concepts, des points de vue, de la magie…

Physiquement c’est un monde reflet du monde matériel, les Rose-Croix appellent ce monde la “sphère réflectrice”, le New-Age “l’Astral”… c’est le monde où vous allez après la mort du corps de densité, et tant que vous restez attaché à ce monde, vous vous réincarnerez.

Je sais que pour beaucoup des notions comme la réincarnation ou l’au-delà sont des hypothèses, mais songez juste que je vous parle là de choses que j’ai expérimentées. Que la réincarnation est pour moi aussi tangible que si je vous demandais si vous croyez à l’oxygène.
Vous avez déjà vu de l’oxygène ?
Ou une bactérie ?
Une vitamine ?
Un coronavirus ?…

Probablement pas, mais vous adhérez à une croyance collective car elle est partagée par le plus grand nombre et est étayée par l’expérience d’une élite (scientifiques, politiques…), et que nous avons appris à faire confiance aux mondes qui portent ces concepts depuis notre prime enfance. Nous y adhérons.

À ce sujet regardez le film “Nosso Lar”: ce monde de l’au-delà qui y est présenté est clairement un monde reflet de notre monde, avec ses petits lotissements à l’américaine, son administration …., un monde fermé, qui débouche sur la réincarnation.
Par ailleurs, je vous recommande chaudement le film “Au-Delà de Nos Rêves” : un film bourré de clefs. Il vous montrera que par l’étape nommée “mort” nous entrons de plain pied dans des mondes faits de notre pensée et de nos projections, conscientes et inconscientes, individuelles et collectives. Le mondes des rêves mais sans retour possible au corps.

Donc tous ces “mondes”, ce “niveau de perception”, appartient à la sphère nommée Lucifer. Quand je parle de luciférisme, c’est à ce monde-là que je fais allusion. Ce sont les rites et les mondes attachés à cette perception, plus subtile que la sphère satanique, mais encore conditionnée à l’existence terrestre et séparée là encore de la conscience de Dieu.
Comprenez bien que Dieu est pourtant là et partout dans toutes les couches de la création, mais que les mondes sataniques et lucifériens s’en croient coupés, et pensent qu’ils peuvent vivre sans.
Au-delà de ces mondes du Satanisme et du Luciférisme se trouvent d’autres mondes, plus subtils encore, et au delà encore et partout à la fois est ce que l’on nomme DIEU.

DIEU c’est LE Mystère.

Ne vous attendez pas que je vous dise ce qu’Il Est, je ne peux faire que l’effleurer parfois. Et quand cela arrive, ce ne sont souvent que des reflets dans des mondes plus bas.
Regarder Dieu, c’est comme tenter de retenir de l’eau vive dans ses mains: dès que vous la tenez pour l’observer, elle est déjà privée de ce qui la rendait vive.

Le nom de Dieu dans la religion Juive tient en 4 lettres : יהוה ou encore en français YHWH ou JHVH qui donnera Yahweh ou Jéhovah. Il s’agit d’un tétragramme imprononçable ou qui ne doit pas être prononcé, tout comme l’Islam ne donne pas de visage à Dieu. C’est LE Principe, celui qui vient avant, celui qui est, était là de tout temps et sera bien après, éternel, infini, incréé, indicible (donc imprononçable).

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement en Dieu. Tout par lui a été fait, et sans lui n’a été fait rien de ce qui existe. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes, Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.” (Evangile de Jean)

On a traduit par “Verbe” le mot grec “Logos”, c’est à dire le Mot, la Parole mais aussi la Vibration, le Son, l’Impulsion vibratoire originelle…Cette vibration fondamentale qui sous tend tout, qui est dans tout et qui est tout. Rien n’existe en dehors. Elle est tout ce qui est, et ce qui n’est pas.
C’est totalement incompréhensible pour être humain non préparé qui n’a pour outil que la raison.

Dieu c’est la loi qui fait qu’une fleur monte vers la lumière, elle qui n’était qu’une graine dans un monde obscur. Dieu c’est le Soleil qui dispense ses rayons à tous sans distinction de forme, de race, de mérite.
La “Fleur de Vie” c’est l’empreinte de Dieu, la trace qu’il existe un ordre au-delà du visible qui structure, organise tout le vivant. Quand vous parlez le langage de Dieu, c’est toute la nature qui vous répond, car naturellement elle parle ce langage. Ainsi vous percevez le langage des pierres, des plantes, des animaux, vous percevez que tout cela est “animé” (pourvu d’une âme, anima = âme), que tous les règnes visibles et invisibles sont reliés et fonctionnent en symbiose.
Il s’agit là encore d’un état de conscience à maintenir en soi, une qualité de présence à la vie, qui vous ouvre à des mondes plus fins, plus vastes, vous allez alors pénétrer dans les mondes des “anges” (les vertus) et des “archanges” (des lois fondamentales)…

Je ne rentrerai pas plus dans le détail, j’ai déjà passé beaucoup de temps à mobiliser votre conscience sur ces niveaux de perception qui nécessitent des déconditionnements. Puissent ces préambules vous éclairer dans la compréhension de cette sagesse ancestrale qui nous a été volée et transpire partiellement dans les mythes et religions.

Pardon d’avoir été long, mais c’est tellement profond, important, vaste et je n’ai fait qu’effleurer ces sujets ! Je fais ce que je considère être une contribution nécessaire pour que vive une autre perception du monde. C’est un monde où chacun est aimé pour ce qu’il est, un monde de lumière de beauté et d’harmonie.

Et à l’heure où le bruit des bottes devient assourdissant, il est important de retourner écouter les oiseaux, regarder pousser les plantes, écouter les pierres: ils nous enseignent ce qu’est notre vraie nature.

Soyez heureux, vous êtes bénis.

AMIN

Axel